Quelles sont les différentes sources d'apport possible ?

L’achat d’un bien immobilier nécessite un apport. Plus celui-ci est important, plus la banque est encline à vous accorder un prêt intéressant. Pour maximiser vos chances de succès, il faut cibler certaines de vos économies, mais avec tactique. 

Sur quels livrets ou supports faut-il aller chercher son apport en premier ?

Un achat immobilier, a fortiori lorsqu’il s’agit du premier, entraîne des choix financiers très importants. L’apport est la première étape. Voici les trois principaux leviers : 

Votre PEL ou CEL 

Le plus évident ! Si vous avez un matelas relativement confortable sur un Plan d’Épargne Logement (PEL), ou un Compte Épargne Logement (CEL), il pourra suffire pour l’apport ou en être une partie. 

L’achat revente

Voilà un apport on ne peut plus évident : vous avez vendu un bien, le montant vous sert à acheter un autre logement et le prêt d’une banque viendra éventuellement compléter la somme restante. 

Si la vente est effective, la somme pourra être mobilisée rapidement. Si la vente n’est pas encore réalisée, vous pouvez convaincre votre banque en fonction de l’estimation ou du montant actuellement en discussion. 

Vos livrets

Si vous avez pu constituer des économies sur votre livret A, et n’avez pas de PEL, cela peut être une solution. Néanmoins, soyez prudent sur le montant à débloquer. Il est plus prudent de conserver une somme sur ce livret en guise de sécurité, notamment pour meubler votre futur logement par exemple. 


Quelles sont les autres possibilités pour votre apport ? 

D’autres leviers sont également possibles pour augmenter son apport.

L’épargne personnelle (assurance vie, PEA...)

Tout ce qui a été placé afin de fructifier, comme l’assurance-vie, le PEA, les comptes-titres, etc., sont de possibles apports. Cela n’est pas pour autant une solution prioritaire, d’autant plus qu’ils servent avant tout à sécuriser l’avenir. Si vous souhaitez néanmoins débloquer les fonds, vous devez anticiper (de 10 jours à 1 mois en fonction des épargnes).

Attention à l’imposition !

N’oubliez pas par ailleurs qu’en fonction du type de placement et de la durée de votre épargne, vous serez susceptible de payer plus ou moins d’impôts sur la plus value. Pour y voir plus clair : 

L’épargne salariale

Certains salariés ont la chance de bénéficier avec leur entreprise d’un plan d’épargne salariale et retraite. Il prend la forme d’un montant bloqué pendant une période déterminée par des accords. 

Une sortie partielle ou totale est cependant possible avant la date fixée contractuellement pour un motif tel que l’achat de sa résidence principale ou son mariage. L’achat de la résidence principale est d’ailleurs la première raison pour laquelle les salariés débloquent leur épargne salariale. 

Pour débloquer votre épargne salariale et retraite, vous devez déjà connaître le montant exact dont vous avez besoin : votre épargne salariale vient en complément de votre apport personnel et de votre emprunt bancaire. Vous devez ensuite soumettre votre demande à la société gestionnaire du plan d’épargne de votre entreprise. Ils vous demanderont de remplir un formulaire et de fournir des pièces justificatives. 

N’hésitez pas à en parler à votre employeur pour faciliter vos démarches. Le montant est versé après avoir signé le compromis ou l’acte de vente.  

L’apport familial

Un joli cadeau de Noël en monnaie sonnante et trébuchante ? Un présent des beaux-parents suite à votre mariage ? Les bas de laine de grand-mère ? Peu importe la source, l'apport familial se présente sous deux formes. 

  • Soit un prêt à taux zéro que vous devrez rembourser (et qui s’ajoutera à votre taux d’endettement),
  • Soit un don pur et simple et sans contrepartie.

Dans les deux cas, vous devrez les déclarer aux impôts pour éviter toute mésaventure. Notez qu’entre enfants et parents, il existe un abattement fiscal jusqu’à 100 000€ tous les 15 ans.   

No items found.