Puis-je annuler une offre d'achat?

En théorie, si le vendeur accepte votre offre d’achat, vous devez aller jusqu’au bout de l’opération d’acquisition. En pratique, il reste une porte de sortie même après avoir signé le compromis de vente.

L’offre d’achat, une première étape vers le compromis de vente

Vous signifiez au vendeur votre intention d’acquérir son bien en faisant une offre d’achat à l’oral ou à l’écrit.

Cette intention est unilatérale : le vendeur peut la refuser ou émettre une contre-proposition. S’il accepte, vous êtes en principe tenu de passer à l’étape d’après : la signature du compromis de vente.

Le compromis scellera l’engagement réciproque entre acheteur et vendeur à un prix déterminé. Il s’agit donc d’un vrai contrat, et c’est pourquoi on dit du compromis de vente qu’il vaut vente. Une fois le délai de rétractation passé et les conditions suspensives réalisées, vous devrez signer l’acte de vente définitif.

Les possibilités d’annulation de l’offre d’achat

Si l’offre d’achat est faite à l’oral, elle ne possède aucune valeur juridique : vous pouvez l’annuler sans autre formalité. Et le vendeur ne sera d'ailleurs pas tenu de la prendre en considération. Considérons donc que vous avez donc fait une offre écrite.

Si le vendeur fait une contre-proposition, l’offre d’achat initiale devient caduque : vous êtes libéré de votre engagement.

Si le vendeur accepte l’offre d’achat, il vous reste une ultime possibilité pour l’annuler : ne pas ratifier le compromis de vente. Que risquez-vous en faisant cela ? Rien. Le vendeur préfèrera remettre son bien en vente plutôt que s’engager dans une longue et coûteuse procédure judiciaire pour vous contraindre à signer.

C’est pourquoi rien ne vous empêche de faire plusieurs offres d’achat en simultané !


Que faire si j’ai déjà signé le compromis ?

Au stade du compromis, vous disposez d’une dernière option pour revenir en arrière : le délai de rétractation. La loi vous permet en effet de vous dédire de votre engagement dans les 10 jours calendaires suivant la signature du compromis.