Savez-vous ce qu'il faut sacrifier pour devenir propriétaire ?

Trop petits, trop excentrés, trop vétustes : les appartements que vous visitez ne manquent pas de vous décevoir. Ce n’est pas qu’une impression : pour acheter, il faut sacrifier en moyenne ⅓ de surface habitable par rapport aux appartements que l’on peut louer. Mais des solutions existent pour acheter sans faire de compromis.

5 min. de lecture

Depuis que vous cherchez à acheter un appartement, vous enchaînez les visites. Et à chaque fois, c'est la même histoire : vous arrivez au rendez-vous armé de votre dossier, de votre checklist, et de vos meilleures intentions. Prêt à tout pour enfin devenir propriétaire. 

Pourtant, vous avez beau faire preuve de bonne volonté, vous finissez toujours par vous dire qu’il y a certains compromis que vous n’êtes pas prêts à faire.

Êtes-vous trop exigeants ? La réponse est non.

Au cours des dernières décennies, les prix de l’immobilier parisien ont augmenté plus vite que les salaires, ce qui a fait du marché immobilier un casse-tête impossible à résoudre pour les les jeunes actifs ne peuvent pas résoudre. Pourtant, des solutions existent pour acheter un appartement sans faire de compromis impossibles. 

Prêts à tout pour acheter ?

Vous vous étiez juré de ne jamais y mettre les pieds. Et pourtant, vous faites quand même des visites dans ce quartier qui vous déprime. Loin, très loin, de votre arrondissement de cœur, de vos bonnes adresses, de vos amis. Ou bien vous visitez cet appartement beaucoup trop petit, alors que vous savez pertinemment à quel point le manque d’espace peut nuire à votre vie de couple. Malgré ça, vous prenez sur vous. Vous vous dites que ça vaut bien la peine. Qu’il faut faire des sacrifices pour être chez vous. Vraiment chez vous. 

Mais une fois sur place, décidément, vous n’y arrivez pas. C’est trop petit, trop étroit, trop loin, trop sombre. C’est au sixième sans ascenseur. Bref, c’est glauque. Vous ne vous voyez pas vivre là. Vraiment pas. Alors, vous restez locataire. 

Avec le temps, vous commencez à vous dire que c’est de votre faute. Vous êtes trop exigeant, vous avez des goûts de luxe, vous avez trop regardé Ma Maison De Star ou trop scrollé sur Pinterest. 

Pourtant, vous ne demandez pas à emménager dans un palace. Juste un appartement à votre goût, assez spacieux pour avoir une vie de couple ou de famille normale, et pas à 110 minutes et 3 changements de votre lieu de travail. Vous n'êtes pas trop superficiel ou trop difficile. Vos attentes ne sont pas infondées, elles sont légitimes. Ce ne sont pas des caprices.

Et surtout, vous n'êtes pas seul. Comme vous, des milliers de jeunes actifs n’arrivent pas à accéder à la propriété car ils refusent de renoncer à certains critères fondamentaux. 

Je le sais parce que depuis que j’ai fondé Virgil, mon métier est de les aider à acheter le meilleur appartement possible sans faire de compromis. 

Et tous, invariablement, finissent par se poser la même question au moment des visites :

L’appart parfait existe-t-il ? Surtout, est-il abordable ? Ou alors, est-ce que c’est moi, le problème ? 

C’est vrai, vous en connaissez, des propriétaires parisiens qui vivent dans des appartements tout à fait convenables. Pourquoi eux, et pas vous ? 

Ce que les propriétaires ont de plus que vous

Qu’est-ce qu’ils ont de plus que vous, ceux qui possèdent des appartements de rêve à Paris ? 

Le genre d’appartements dignes des catalogues de design ?

Est-ce que ça, c’est trop demander ? Non. C’est l’appartement qu’Abel et Sophie ont acheté grâce à Virgil

Je suis bien placée pour le savoir : de 2013 à 2018, j’ai travaillé chez onefinestay, le leader dans la location haut-de-gamme de courte durée, une sorte d’AirBnB de luxe. J’ai travaillé de près avec les propriétaires de ces appartements de standing, et je peux vous dire ce qu’ils ont de plus que vous : quinze ou vingt ans. 

La plupart d’entre eux ont fait leur premier achat il y a une ou deux décennies. Au fil des années, ils ont réussi à se constituer un capital qui leur a permis d’acheter exactement le genre d’appartements dont ils rêvaient. Mais autour de moi, personne n’avait suffisamment d’économies pour commencer ce cercle vertueux, sauf ceux qui bénéficiaient d’un coup de pouce de Papa-Maman. Pourtant, j’étais entourée de jeunes actifs brillants, qui avaient fait de belles études et gagnaient bien leur vie.

Le problème, c’est qu’à Paris, le prix de l’immobilier a explosé au cours des deux dernières décennies alors que les salaires, eux, sont restés stables.

Résultat : il est plus difficile que jamais pour les locataires de devenir propriétaires. Une réalité que connaissent bien les économistes. 

Regardez plutôt cette courbe, que l’on appelle courbe de Friggit, et qui nous montre comment le prix des logements a évolué par rapport au revenu : 

Courbe de Friggit: indice du prix des logements rapporté au revenu des ménages (base : 2000 =1) 

Depuis 2000, le prix des logements a augmenté bien plus vite que le revenu des ménages (et donc leurs capacités de financement). La propriété reste donc réservée à ceux qui ont profité de la montée fulgurante des prix.

Pas vous, donc. 

Perdre ⅓ de superficie ? Non merci ! 

Concrètement, cela veut dire que pour devenir propriétaire, vous devez vous résoudre à vous sentir moins bien chez vous. Virgil a fait le calcul :

À Paris, on perd en moyenne ⅓ de superficie lorsqu’on passe de la location à l’achat.

Normal que les visites d’appart’ soient si déprimantes : vous essayez de vous projeter dans un appartement moins bien que celui dans lequel vous habitez déjà. Vous avez l’impression de rétrograder. 

Alors, malgré l’envie de devenir propriétaire (96% des locataires voudraient sauter le pas), les locataires le restent. Ils sont pris au piège locatif, parce qu’ils refusent de renoncer à leur bien-être. C’est d’autant plus vrai s’ils travaillent, ont un bon salaire, ont fait des études, bref, s’ils ont coché toutes les cases. 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : il s’agit de se sentir bien chez soi. Chez soi, là où l’on passe du temps avec les gens qu’on aime. Là où l’on se détend après les journées les plus dures.  

Alors non, vous ne sacrifiez pas votre bien-être, et vous avez raison. Il y a une autre solution

C’est exactement pour cela que j'ai choisi de fonder Virgil. 

Pour permettre à des couples comme Abel et Sophie de devenir propriétaires sans faire de compromis. Nous trouvions inacceptable que des jeunes actifs restent pris au piège locatif (et ne puissent pas constituer de capital) simplement parce qu’ils refusent de renoncer à ces exigences basiques. 

Du coup, on a mis à contribution des investisseurs intéressés par l’immobilier résidentiel urbain : grâce à eux, c’est Virgil qui vous donne un coup de pouce en investissant une quote-part à vos côtés. Vous ne nous devrez jamais rien : nous nous rémunérons à la revente.  

Concrètement, ça veut dire qu’en achetant avec Virgil, votre pouvoir d’achat augmente : moulures, ascenseur, balcon, tout ce dont vous avez rêvé est enfin à votre portée. 

Virgil, vous donne les moyens de sortir du piège locatif tout comme l’ont fait Anaïs et Andréa et Abel et Sophie

Et vous, dans tout ça ? 

‍Qu’est-ce qu’Anaïs et Andréa ou Abel et Sophie ont de plus que vous ? Ils ont tout simplement rencontré Virgil avant vous. Car oui, les jeunes actifs parisiens qui souhaitent acheter sont aujourd’hui face à un dilemme quasi-impossible. Mais non, cette situation n’est pas une fatalité. Ensemble, nous pouvons vérifier s’il vous est possible, dès aujourd’hui, de déjouer le piège locatif et d’accéder à la propriété sans compromettre votre bien-être.

Alors, si vous êtes décidé à passer à l’action, prenez 2 minutes pour faire une simulation en ligne, nous vous montrerons le genre d’appartements auxquels vous pouvez déjà prétendre. 

En investissant jusqu’à 100 000 € à vos côtés, Virgil vous permet de devenir propriétaire du bien qui vous correspond vraiment. Et vous accompagne à toutes les étapes. Parce qu’on devrait tous être libre d’acheter l’appartement qui nous fait rêver. Chambre d’enfant, rooftop, ou quartier préféré : devenez propriétaire, sans faire de compromis. Et si on en parlait ?

Découvrez votre pouvoir d’achat avec Virgil :
Votre rapport personnalisé

La première pierre de votre achat immobilier

Quel type d'appartement pouvez-vous acheter aujourd'hui ? Et avec Virgil, ça donnerait quoi ?

Avec le rapport personnalisé, nous vous proposons un point complet sur votre situation ainsi qu’une simulation de scénarios d'achats avec Virgil.

Alors, à quoi ressemblera votre futur appartement ?

Ils ont acheté avec Virgil