Le quartier

Peut-être connaissez-vous déjà le quartier dans lequel se situe l’appartement, peut-être le découvrez-vous le jour même. Quoi qu’il en soit, arrivez en avance pour prendre le temps de faire un tour de la zone.

Au-delà de votre impression générale, pensez à noter certains critères plus factuels :

Et pour aller plus loin

Complétez vos impressions en consultant les documents suivants :

L’immeuble et les parties communes

L’état du bâtiment et le bon entretien des parties communes participent à la valeur de votre appartement. Scrutez la façade avant d’entrer dans l’immeuble, puis l’entrée et la cage d’escalier. 

Vous pourrez demander au vendeur :

De votre côté, notez aussi la présence, ou non, des infrastructures suivantes. En plus d’impacter votre quotidien, elles influeront sur la valeur de votre bien :

Pensez à descendre au sous-sol

Que l’appartement visité dispose ou non d’une cave ou d’une place de parking, allez faire un tour dans les sous-sols pour en vérifier qu’ils sont sains et au sec. La présence d’eau peut notamment signifier des risques de dégâts en cas de fortes pluies.

L’appartement

Vous venez de franchir le seuil - en notant au passage la qualité de la porte d’entrée et de sa serrure. Que votre première impression de l’appartement soit positive ou plutôt mitigée, elle ne doit pas vous détourner de votre objectif : repartir de la visite avec l’ensemble des informations vous permettant de prendre une décision éclairée.

Voici une liste des principaux éléments à relever pendant votre visite. Les critères plus subjectifs - mais tout aussi essentiels - liés à l’agencement des pièces, à la présence d’éléments architecturaux remarquables ou à l’atmosphère générale des lieux, ont volontairement été mis de côté car vous en serez le seul juge.

Le prix du mètre carré 

Est-il cohérent avec le prix moyen du mètre carré du quartier dans lequel est situé l’appartement ? 

A quel étage se situe l’appartement ? 

Si le premier étage est enclin à souffrir des bruits de passage, être sous les toits peut aussi s’avérer pénible lors des fortes chaleurs, ou des grands froids. Notez que le rez-de-chaussée souffrira aussi d’une décote, ainsi que les étages hauts (au-delà du 4é) sans ascenseur. 

De quelle lumière naturelle l’appartement profite-t-il ? 

Il est difficile de jauger la luminosité générale d’un appartement en une seule visite, d’autant plus si celle-ci est prévue tard le soir. Vous pouvez néanmoins l’estimer en fonction de trois critères :

De quels systèmes de chauffage et d’isolation l’appartement est-il doté ? 

Des points à ne pas négliger pour votre confort comme pour vos futures factures. Demandez quel est le mode de chauffage et si celui-ci est individuel ou collectif, et vérifiez la qualité des radiateurs et leur présence en nombre suffisant. Intéressez-vous également à l’isolation de l’appartement et de ses ouvertures - s’agit-il de double vitrage ? - et vérifiez plus tard le “score énergétique” de l’appartement, compris entre A et G. 

L’installation électrique est-elle efficace et en bon état ? 

Portez une attention particulière aux prises électriques. Regardez si elles sont en nombre suffisant et placées intelligemment dans les pièces. Dans un vieil appartement, veillez aussi à leur conformité : s’il n’y a pas de tige métallique, c’est qu’elles ne sont pas reliées à la terre et qu’il faudra les changer. Dans tous les cas, vous pourrez demander à l’agent ou au propriétaire le diagnostic électrique, obligatoire pour les appartements dont l’installation électrique date de plus de quinze ans. Pensez, aussi, à jeter un coup d'oeil à l'état du tableau électrique.  

Les revêtements sont-ils de qualité ? 

Au delà la composante esthétique, veillez à ce que les revêtements au sol soient en bon état et adaptés à l’usage que vous ferez de chaque pièce. 

L’appartement souffre-t-il d’humidité ?

Relevez les éventuelles traces d’humidité sur les plafonds et les murs. La présence d’une bonne ventilation dans les pièces d’eau est primordiale.

Remarquez-vous déjà des nuisances sonores ?

À la liste des bruits associés aux quartiers - transports en commun, chantiers, livraisons matinales des commerces, et animation nocturne des bars et cafés - il faut ajouter ceux de l’immeuble lui-même. Parmi les facteurs à risques, nous pouvons lister les petites cours à fort potentiel de résonance, la vétusté ou l'absence d’isolation phonique dans les murs, et la proximité des parties communes - ascenseur, palier ou vide ordure. Les visites du soir sont les plus susceptibles de révéler les bruits du voisinage ; pensez à bien tendre l’oreille et à fermer et ouvrir les fenêtres. Si l’occasion se présente avant ou après la visite, ne manquez pas d’interroger (gentiment) vos futurs voisins à ce sujet.

Pensez à bien tendre l’oreille et à fermer et ouvrir les fenêtres.

Prise en charge des travaux

 Si vous identifiez dès la visite de futurs travaux indispensables à votre installation, demandez au vendeur qui, de l’acquéreur ou du propriétaire/de la copropriété, les prendra en charge.