Il est indispensable de se fixer un budget quand on envisage un achat immobilier. Mais attention à ne pas confondre budget et prix du bien : le budget à prévoir est bien sûr supérieur au prix du logement, car vous devrez honorer toute une série de frais annexes à la transaction, et ce, à différentes étapes de votre parcours… Explications.

Étape 1 – La recherche du bien : zéro frais

Bonne nouvelle : vous démarrez les recherches de votre bien immo sans avoir rien à débourser ! Même si vous passez par une agence, vous n’avez rien à payer à ce stade.

Attention toutefois, si vous planifiez de faire une contre-visite avec un expert, comme un architecte ou un artisan, cette prestation peut vous être facturée.

Étape 2 – L’offre d’achat : zéro frais

Là encore, vous pouvez faire votre offre sans débourser un centime !

Néanmoins, si vous n’avez rien à payer à ce stade, il est toujours bon d’avoir des choses à montrer pour défendre votre dossier. Ainsi, si vous avez déjà une attestation de financement à présenter au vendeur, n’hésitez pas !

Étape 3 – Le compromis de vente : versement d’un dépôt de garantie

Lors de la signature du compromis de vente, vous devrez vous acquitter d’une somme appelée « séquestre notaire » ou encore « indemnité d’immobilisation ». Concrètement, il s’agit d’un dépôt de garantie qui vous permettra de réserver le bien.

Le principe est celui d’un acompte : la somme est encaissée et bloquée sur le compte du notaire de l’acheteur (votre notaire donc !) jusqu’à la vente. Il ne s’agit pas d’une somme en plus, mais bien d’une avance : au moment de la signature, le montant est débloqué et déduit de ce qu’il vous restera à payer. 

Le montant de cette somme varie entre 5 et 10 % du bien, ce qui n’est pas anodin…

Ainsi, pour un bien de 300 000 €, cela représente 15 000 à 30 000 € ! Et si vous avez bien suivi notre chronologie, c’est une somme qu’il vous faut débloquer avant même l’obtention de votre prêt. Veillez donc à bien avoir les fonds sur votre compte pour ne pas bloquer la signature du compromis de vente et risquer de perdre le bien !

Le compromis : avec ou sans notaire ?

La présence d’un notaire pour vous représenter n’est pas obligatoire au moment de signer votre compromis, mais nous vous le conseillons fortement. L'avant-contrat est un moment très important : c'est là que l'on revoit toute la documentation juridique liée à l'appartement que vous allez acheter. Un notaire pour vous conseiller et défendre vos intérêts n’est pas de trop — et cela ne vous coûtera pas plus cher à ce stade, les frais de notaire sont pour plus tard ! 


Étape 4 – L’obtention du prêt : zéro frais

Le banquier vous appelle, mais vous n’avez rien à payer ! 

Que vous passiez par un courtier ou directement par votre banque, le paiement des frais annexes liés au crédit se fera au moment de la signature de l’acte de vente ou lors de la première échéance de paiement du prêt. 

Et puis pour le reste, vous connaissez le principe : vous vous engagez à rembourser votre prêt tous les mois sur toute la durée de l’emprunt . Pas de surprise là-dessus : le calcul de vos mensualités, qui dépendra notamment du taux d'intérêt et du coût de l’assurance, vous sera expliqué par votre courtier ou banquier et détaillé dans l’offre de prêt que vous signerez.


Étape 5 – La veille de la signature de l’acte de vente : Déblocage des fonds

Le parcours de vente touche à sa fin, c’est le moment de payer la majorité des frais liés à votre achat immobilier. Avant la signature, le notaire procède à un appel de fonds pour que la banque fasse le virement du montant emprunté. Pas de signature tant que l’intégralité des fonds n’est pas bloquée chez le notaire.

Ces fonds, calculés par le notaire, serviront à couvrir les gros postes de dépense.

Les frais de notaire

Autrement appelés Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO), les frais de notaire correspondent à la somme des émoluments, droits de mutation et débours. Cela représente un montant équivalent à 2 à 3 % de la transaction dans le neuf, et 7 à 8 % dans l’ancien. C’est le principal poste de dépenses adossé à votre acquisition immobilière !

En réalité, le montant n’est pas définitif tant que les démarches administratives ne sont pas terminées. Il s’agit d’une estimation : le décompte exact vous sera envoyé quelques mois après la vente. Vous recevrez donc potentiellement un remboursement correspondant à la différence entre la somme payée et le montant réel lié aux frais de notaire.

Le prix de vente

Le prix de vente correspond au prix du bien fixé avec le vendeur au moment de l’offre. 

Les frais d’agence immobilière

Ces frais ne concernent évidemment pas les transactions de particulier à particulier. Ils s’appliquent uniquement dans le cas d’un mandat avec une agence immobilière et sont généralement désignés comme étant à la charge du vendeur.

Dans les faits, c’est plus ambigu : la somme est en réalité répercutée sur l’acheteur, car intégrée dès le départ dans le prix de vente. Le montant, à négocier librement, pèse 3 à 10 % de la transaction.

Les frais annexes liés à l’emprunt

Au-delà du capital emprunté et des intérêts qui s’y ajoutent, des frais annexes relatifs à l’emprunt sont à prévoir, comme :

Étape 5 bis – Le jour de la signature de l’acte de vente : Sortez le chéquier  !


Le jour de la signature, il reste encore quelques frais annexes à payer avant la remise des clés : il s’agit des frais de jouissance du bien pour l’année d’acquisition, qui englobent à la fois les charges de copropriété et les taxes dues pour l’année en cours. 

Pour les payer, il faudra apporter votre chéquier le jour J. Mais rassurez-vous, il s’agit généralement de montants relativement petits, de l’ordre de quelques centaines d’euros.

Étape 6 - L’emménagement


Une fois la transaction conclue, ne sous-estimez pas les autres frais qui feront surface lors du déménagement, comme :

Conclusion

Le prix de vente n’est que la partie émergée de l’iceberg ! Un achat immobilier cache bien d’autres coûts. Ne vous laissez pas décourager : rien n’est insurmontable à condition d’anticiper les frais et d’être bien préparé !

Lire aussi : Les coût cachés d’un premier achat immobilier